Un rendez-vous tout naturel !

Jean Chevallier innove…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme sa complice Catherine Chaillou, Jean Chevallier fait partie des piliers du festival, où il expose tous les deux ans depuis les années 1980. « J’essaie de me renouveler à chaque édition. Il y a deux ans, j’avais apporté de grands formats, en pastel ou monotype à l’encre. Cette année, je me suis mis au collage et j’ai décidé d’en faire quelques-uns pour le festival. » Le résultat est surprenant pour qui est habitué aux aquarelles léchées de l’artiste. Sur les murs du stand, on reconnaît une chouette effraie, des hirondelles rustiques, deux harles piettes, une hermine et une vue générale du Der, où il vit désormais. « J’ai voulu m’amuser avec de vieux papiers ! Une question s’est vite posée : comment montrer un harle piette ? Il était tentant de commencer par sa silhouette, avec le risque d’un collage gnangnan. Autre possibilité : la mosaïque. J’ai choisi le compromis en jouant avec la matière, en l’occurrence des bouts de Courrier International, des papiers d’emballage, que j’ai froissés par endroits. »

L’accueil du public a été très bon. Chaque collage correspond à une observation de l’artiste sur le terrain, « sauf le Der, qui est ma vision de synthèse ». Chaque œuvre est vendue entre 200 et 500 euros. Un tirage en digigraphie est prévu pour que l’œuvre soit pérenne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s